Circuit training = Allié minceur -> les 4 avantages !

Les 4 avantages principaux du circuit training en font un allié pour perdre du poids.

Le circuit training est l’une des formes d’entraînement les plus reconnues scientifiquement. Il fait vraiment gagner du temps en combinant dans la même séance le renforcement musculaire et les efforts cardio-vasculaires.

D’une part on optimise sa séance de sport et d’autre pars on consomme un maximum d’énergie.

Ces séances viendront faire alterner une phase d’efforts et une phase de récupération en enchaînant différents exercices physiques qui sollicitent de multiples groupes musculaires et aident à améliorer le système cardio vasculaire.

Ce type d’entraînement approuvé par la recherche scientifique, a une efficacité démontrée sur la santé en améliorant la condition physique.

C’est un entraînement très utilisé dans la préparation physique moderne qui permet d’avoir un impact très important sur le métabolisme.

Le circuit training est une méthode d’entraînement qui permet d’atteindre rapidement un double objectif : Minceur et tonification musculaire.

Ce travail est un effort rapide, efficace et collectif. Accompagné d’astuces alimentaires nous allons progressivement avoir des résulats sur la silouhette mais aussi sur votre bien-être général.

Les bons réflexes pour un ventre plat

Les 8 bons réflexes.

abdos

Le sport s’associe aussi par une bonne alimentation avec les conseils de la diététicienne Laurie Guitard, voici les 8 réflexes pour un ventre plat et tonique.
Car n’oublions pas notre ventre est notre centre énergétique,digestif, immunitaire de bien-être, et cela passe par notre assiette et par l’activité physique.

N°1 On limite le lactose :

Pour digérer le lait (lactose), il faut une enzyme, le lactate. Tous les enfants fabriquent du lactate mais 15 à 20% des adultes la perdent au fils des ans et tolèrent mal les produits laitiers. Les bactéries intestinales le digèrent mal et il fermente.
Ø Les bons conseils : on essaie le yaourt ou le fromage affiné car le lactose et transforme en bactérie donc prédigéré.

N°2 On se méfie du gluten :

Il y a 50 ans il y avait 10% de gluten dans le blé, il y en a 12% aujourd’hui. Et il est différent : ses molécules sont plus grosses, moins digestes, on peut tous y devenir sensible.
Ø Les bons conseils : on réduit la consommation de pain et on mange le plus souvent du riz, des pommes de terre et du quinoa à la place des pâtes.

N°3 On mise sur les brûles graisse :

Place aux protéines (œufs, poisson, jambon, viande) qui calme l’appétit, et aux fibres, qui ralentissent la digestion. Quant à la caféine (café, thé ) et aux polyphénol (thé et baies) ils activent la lipolyse, ou combustion des graisses. Pensez à la cannelle, qui fait baisser l’indice glycémique, à la pomme, riches en fibres ; aux choux et les brocolis bourrés de vitamine C et de polyphénols ; et à l’ananas et à l’asperge, drainants.
Ø Le bon réflexe : on se note tous ces aliments coup de pouces et on en intègre au moins deux à chaque repas

N°4 On ralentit parce que l’on ne prend pas le temps de manger :

Tout en faisant autre chose en regardant un écran, en travaillant, voire en marchant.
Une manifestation de stress, lequel réduit les secrétions des enzymes digestives « si les aliments arrivent en gros morceaux dans l’estomac, un gros travail de digestion reste à faire » cela est la cause de ballonnements et donc d’inconfort.
Ø Le bon réflexe : on s’assied à table pour manger dans le calme, on mâche et on ne cherche pas à tout avaler.

N°5 On évite les sucreries :

Mais aussi  les aliments à IG élevé comme les sucreries, les boissons sucrées, le riz, les pâtes, la farines et le pain blanc …
Car il augmente le taux de sucre dans le sang, donc le stockage, donc les bourrelets. En plus, manger des aliments à IG élevés provoque des hypoglycémies, ce qui génère des fringales, et pousse à manger à nouveau des aliments à IG élevé, ce qui fait remonter la glycémie : c’est donc partie pour un cercle vicieux et un tour de stockage.
Ø Le bon réflexe : des repas équilibrés et variés, riches en fibres et en protéines, pour « tenir » d’un repas à l’autre sans grignoter.
Menu type : légumes – viandes – yaourt – fruit ou poisson – pates complètes – yaourt fruits.
Une fois dans l’estomac l’ensemble arborera un IG bien plus bas ou modéré que chaque aliment pris seul.

6 on zappe l’alcool, un ennemies sournois surtout la bière avec son IG élevé (alcool + maltose).

Il ne se stock pas sous forme de graisse, mais monopolise l’organisme pour être transformé en énergie. Aussi, tout ce que l’on mange en même temps sera stocké en gras : à cause de lui, il est quasi impossible de maigrir . Encore pire l’alcool associés au sucre : kir, Monaco, cocktails.
Ø Le bon réflexe : quitte à se faire plaisir, mieux vaut 2 OU 3 verres lors d’une soirée (rare), qu’un verre tous les jours qui pourrais ruiner tous nos efforts.

N°7 On écoute son coach :

L’activité physique accroit le cortisol, qui fait grimper la testostérone et l’hormone de croissance, lesquelles augmente la combustion des graisses
Ø Le bon réflexe faire une activité physique régulièrement, mieux vaut 30 à 45 minutes trois fois par semaine qu’une séance de deux heures une fois par mois.

N°8 On évite les fodmaps :

Responsable de ballonnements, ce sont des sucres indigestes naturellement présent dans de nombreux végétaux ou artificiellement dans les confiseries ou aliments diététique dits « sans sucres ». un chewing-gum sucré au polyols en contient déjà trop. Les fodmaps déséquilibres la flores en produisant quantité de gaz.
Ø Le bon réflexe on teste une journée sans foodmaps

Les femmes et le sport

Finis les clichés et autres lieux communs !

yoga

pilates

Les femmes ne sont plus cantonnées au corps de ballet et s’intègrent de plus en plus à des sports dits masculins.
Simple lubie ? Pas si l’on en croit l’histoire du sport féminin.

Longtemps considérées comme des petites choses frêles et sans force, les femmes n’ont pu exercer d’autres sports que ceux considérés comme bienséants vis-à-vis de leur corps.
Aujourd’hui encore, beaucoup d’esprits pensent que la femme doit rester consignée à la danse classique et à la gymnastique. Et pourtant, beaucoup d’entre elles ont choisi de briser les codes de la tradition et de pratiquer un sport dit masculin.

Elles envahissent les salles de sports, touchent au foot, pratiquent le hand, pédalent sur les traces d’Armstrong, maîtrisent le rugby, enfilent des gants de boxe et surtout, jouent en catégorie professionnelle.

o Focus sur la différence métabolique homme/ femme

L’article de marie France nous aide à comprendre le fonctionnement du corps féminins et nous explique la différence avec celle des hommes.

Pourquoi hommes et femmes ne grossissent pas de la même façon ?

Quelques soient notre morphologie et notre poids, nous avons 20 à 25% de tissu adipeux (masse grasse) contre seulement 10 à 15% pour les hommes.
En effet, dès l’adolescence les femmes vont commencer à sécréter une grande quantité d’œstrogènes qui va faciliter le stockage des graisses en vue de la grossesse. Pour que le bébé puisse se développer normalement, il va puiser dans les réserves de sa mère au niveau du bassin et des cuisses. Voilà pourquoi les femmes sont prédisposées à stocker la graisse précisément à ces endroits-là.

DES BESOINS DIFFÉRENTS

De par leur morphologie, les hommes qui veulent maigrir doivent consommer entre 1600 et 1800 Kcal. Par contre, les femmes elles doivent impérativement descendre en dessous des 1600 calories.

LA MÉNOPAUSE

Comme si cette histoire de besoins et de répartition des graisses ne suffisait pas, la ménopause vient encore rajouter une couche d’inégalité ! Lorsque les ovaires ne produisent plus d’hormones, le corps a tendance à stocker plus de calories en réponse à ce bouleversement.
Ce phénomène rajoute 2,5 à 4,5 kilos sur la balance. Il est donc important, si on veut minimiser sa prise de poids de réduire ses apports caloriques et de pratiquer une activité physique régulière.

LA MASSE MUSCULAIRE

Les hommes ont la chance d’avoir une masse maigre (muscle), plus importante que la nôtre. Pour entretenir cette masse musculaire, l’organisme dépense davantage de calories que pour entretenir la masse grasse. L’homme a non seulement moins de graisse à perdre mais il va la perdre plus rapidement et plus facilement, de quoi rendre jalouses toutes les femmes de cette planète !